EK

© 2023 by EK. Proudly created with Wix.com

Frédérique

 

Nolet

 

 de

 

Brauwere

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-flickr

 

BIOGRAPHIE

Née au Congo, j’ai vécu l’enfance en France dans le Var où mon père avait des plantations. J’ai été marquée par un sentiment de liberté et d’espace et imprégnée par la Nature. De retour en Belgique, j’y ai fait des études artistiques puis enseigné dans une Académie d’art à Bruxelles. Actuellement je vis à Salernes (France). 

Ma démarche artistique s'est toujours basée sur le thème de la nature, d'abord végétale. J'ai travaillé des SIGNES GRAPHIQUES sur une surface, comme à la recherche de ce qui se cache derrière elle (matière griffée). En DESSIN, j'aime poser des balises et des aires de silence pour tenter symboliquement d'atteindre un Essentiel.

Ensuite est venue la tension entre l'image et le sens. EN PARALLELE AU TRAVAIL GRAPHIQUE OU AVEC LUI, j'aborde un questionnement sur des "valeurs" d'aujourd'hui comme par exemple le statut des animaux, la relation à la mort, à la liberté. J’utilise aussi la photo qui est un moyen de faire passer un message clair. Elle est manipulée, traitée en techniques mixtes, parfois malmenée pour en troubler le sens ou dénoncer le statut...Souvent le dessin et la gravure sont des plages de repos ou des moyens que je conjugue avec d'autres.

 

La tension se trouve dans l'interrogation qu'on a à son sujet, mis en situation d'honneur ou d'individualité. J'invite le regardeur à s'arrêter sur l'image d'un animal ressemblant à tous les autres mais auquel je donne une identité, un statut différent, une reconnaissance. Cela peut être traité comme un jeu, de façon décalée, ambigüe et humoristique. Ce sont parfois des mises en situation de figurines, de peluches ou autre objet signe de bonheur, de saveur, d’enfance, de jeu en opposition avec une idée dramatique.

Parfois, il aura détrôné un Saint de sa niche d'église pour y prendre une place que je lui donne. Il passe de l'idée inférieure qu'on s'en fait au statut honorable, peut-être même jusqu'au questionnement de : l'animal a-t-il une âme ?

Un faire-part de décès lui rendra hommage et surtout une identité propre;

Des poussins entassés sous grillage, des ours en cage, des cochons privés de liberté...Il peut s'agir de faits réels de société, source d'inspiration à la fois poétique et tragique.