INTERVIEW (expo Barcelona 2021) :

https://www.itsliquid.com/interview-frederiquenolet.html

 

​Née au Congo, j’ai vécu l’enfance en France dans le Var où mon père était arboriculteur. J’ai été marquée par un sentiment de liberté et d’espace et imprégnée par la Nature. De retour en Belgique, j’y ai fait des études artistiques puis enseigné dans une Académie d’art à Bruxelles. Actuellement je vis sur la terre où j'ai grandi.

 

En dessin le travail est celui de l'écriture, du détail, de l'infime, du geste, de l'encre et du crayon dans le papier, sur le papier et parfois à l'arrière du papier. Le papier boit et ne boit pas. La trace fait partie du support ; le support fait partie de la trace. Ils sont unis en un et le support n'est plus seulement à l'arrière du médium. Le papier est souvent translucide. L'approche de l'éther, du ciel, de l'invisible, du rien et du tout ... je vais vers une dimension d'ailleurs, éthérique, celle à atteindre non plus seulement par des verticales, des chemins allant du bas vers le haut à droite, plus non plus par des matières griffées pour atteindre le coeur, ce qu'il y a derrière la matière. Ici, je suis dans la matière et derrière, devant, dans le Tout qui semble être là ... peut-être. Quant à la forme de la trace, je travaille avec une infinie légèreté, je pose des points, des traits avec un parfait plaisir de ces petits gestes qui quelquefois s'emballent un peu pour donner de la tonicité et qu'il y ait unité et diversité. C'est comme méditatif.

Bien que je me concentre sur le dessin, de façon complémentaire et selon l'inspiration par le contexte social, je travaille la tension entre l'image et le sens. En parallèle au travail graphique ou avec lui, selon l'envie et la période, j'aborde un questionnement sur des "valeurs" d'aujourd'hui comme par exemple le statut des animaux, la relation à la mort, à la liberté. 

(Voir images-messages-photos). L'image est manipulée, traitée en techniques mixtes, malmenée pour en troubler le sens avec poésie, humour et ambiguïté.